Mobilité urbaine : l’ère des modes de transport électrique

A l’heure où la pollution des villes devient de plus en plus préoccupante, la mobilité urbaine devient un enjeu majeur pour les pouvoirs publics. Dans ce contexte, de nouveaux modes de transports, respectueux de l’environnement, émergent. Les modes de transport basés sur l’utilisation de l’énergie électrique constituent les innovations les plus prometteuses dans le domaine de l’éco-mobilité et nous sommes fier d’en faire la promotion, nous, Hover Store. Parmi elles, la voiture électrique, l’hoverboard, le skateboard ou encore le gyropode.

La mobilité urbaine durable, un enjeu majeur

La notion de mobilité urbaine renvoie aux déplacements effectués en milieu urbain. Elle englobe l’ensemble des modes de déplacement : voiture, transports en commun, vélo, marche… On parle de mobilité urbaine durable pour désigner plus spécifiquement les modes de transport écologiques.

La mobilité urbaine durable est depuis plusieurs années au cœur des politiques menées par les pouvoirs publics. En effet, elle doit être inclusive et ouverte à tous les citoyens, du moment où elle occupe encore une grande part dans l’espace public. Puisqu’il est facile de constater que la mobilité urbaine n’est pas encore à la portée de toutes les populations. L’omniprésence des voitures dans les villes est en effet devenue un problème de premier ordre. Autant en termes de pollution que de santé publique. Or la voiture demeure encore aujourd’hui le mode de transport privilégié. En effet, près de 7 Français sur 10 utilisent leur voiture pour se rendre sur leur lieu de travail.

La prédominance de la voiture comme moyen de transport a en effet de nombreux impacts sur l’environnement et la qualité de vie des habitants, parmi lesquels : dégradation de la qualité de l’air, graves impacts sur la santé (asthme), pollution sonore… Selon des chiffres donnés par l’Agence Française de Sécurité Sanitaire Environnementale, les gaz d’échappement des voitures seraient responsables d’un tiers de la pollution atmosphérique totale. Cela causeraient le décès de 6 500 à 9 500 personnes par an en France.

De plus, certains citoyens se trouvent bloqués dans leurs déplacements à cause de l’état actuel des systèmes de transport en France. De nombreux facteurs peuvent être à l’origine de ces problèmes de déplacement : les capacités financières des citoyens, leur tranche d’âge, ou encore leurs capacités physiques. Les statistiques montrent que 5 citoyens Français sur 10 rencontrent des difficultés dans leurs déplacements quotidiens.

D’autre part, la mobilité urbaine durable se retrouve face à un enjeu immense, celui de l’invention des moyens de mobilité urbaine, qui sauront tirer profit des innovations technologiques de demain et des changements de comportement des consommateurs afin de répondre aux besoins de la population urbaine qui est de plus en plus fort.
Ces solutions devront participer au développement ainsi qu’à la popularisation de nouveaux modes de transport auprès de tous les segments de la population, dans l’optique de rendre les déplacements des citoyens plus confortables, plus sûrs et plus respectueux de l’environnement. Comment ? En multipliant les alternatives aux moyens de transport ordinaires, en élargissant les choix possibles et en réduisant les incertitudes relatives aux modalités des déplacements comme les informations personnalisées des passagers, la sécurité routière les informations en temps réel, etc.

Les modes de transport « doux » classiques : vélo, roller, trottinette

Privilégier les modes de transport doux présente plusieurs bénéfices. Le premier avantage de ces modes de transport est qu’ils permettent de limiter la pollution atmosphérique des villes. Utiliser le vélo pour aller au travail éviterait ainsi de rejeter près de 700 kg de CO2 par an (pour un trajet de 10 km aller-retour).

Ce type de déplacement présente également des avantages financiers. En plus d’être écologiques, ces modes de transport permettent de se déplacer rapidement et facilement, sans les contraintes liées à l’utilisation d’une voiture (embouteillage, stationnement). Selon un rapport réalisé par l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) en 2017, les modes de transport dits « actifs » (vélo, marche, rollers) sont beaucoup plus adaptés aux trajets courts que la voiture. Pour les trajets de moins de 5 km, le vélo est par exemple plus rapide que la voiture. La vitesse moyenne d’une voiture en ville est de 14 km/h, contre 15 km/h pour un vélo. Or 50 % des trajets effectués en ville sont d’une distance inférieure à 3 km.

Les modes de transport collaboratifs : covoiturage et l’autopartage

Les modes de transports collaboratifs, comme le covoiturage et l’autopartage, sont depuis quelques années en plein développement.

Le covoiturage

Le covoiturage permet à plusieurs personnes d’utiliser une seule voiture pour réaliser un trajet commun. Il existe actuellement plus de 200 services de covoiturage qui mettent en relation les conducteurs et les passagers.

Le covoiturage a un impact positif sur la qualité de l’air, puisqu’il réduit le nombre véhicules circulant sur les routes. De plus, cela permet de réaliser économies. Le covoiturage permet de réaliser une économie de plus de 1 700 euros par an et par personne, su un trajet d’environ 30 km.

L’autopartage

L’autopartage est un système qui met à disposition des véhicules en libre-service. L’objectif est de permettre aux personnes ne disposant pas de voiture personnelle de louer une voiture pour un trajet de courte durée. A l’heure actuelle, une vingtaine de villes en France ont instauré des systèmes d’autopartage.

Des modes de transport électriques de plus en plus innovants

En plus de ces solutions, de nouveaux modes de déplacements fonctionnant à l’énergie électrique, émergent. Parmi eux, la voiture électrique, l’hoverboard, le gyropode ou encore le skateboard électrique.

La voiture électrique

La voiture électrique est un véhicule qui fonctionne grâce à un moteur alimenté par une batterie électrique. A la différence des véhicules à essence, la voiture électrique de rejette pas de CO2 dans l’atmosphère. En plus d’être respectueuse de l’environnement, les voitures électriques permettent à leurs conducteurs de réaliser des économies, aussi bien de carburant que d’entretien. En effet, les problèmes mécaniques sont beaucoup moins fréquents avec ce type de véhicules qui ne possèdent pas de boite de vitesse et qui nécessitent pas de vidange.

Les modèles actuels de voitures électriques ont une autonomie comprise entre 100 et 300 km. Elles sont donc parfaitement adaptées au petits trajets en ville. Ces dernières années, plusieurs villes françaises (Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux …) ont mis des voitures électriques en libre-service à disposition des habitants.

Néanmoins, même si les constructeurs ne cessent de diversifier leurs modèles, le marché des voitures électriques reste cependant très limité à l’heure actuelle, ce qui a un impact sur les prix qui sont toujours plus élevés en comparaison avec ceux des véhicules classiques. A savoir que les voitures électrique d’entrée de gamme coûtent plus de 20 000 euros.

Le gyropode ou « transporteur personnel »

Le gyropode, également appelé « transporteur personnel » est un véhicule électrique à une place composé d’une plateforme, de deux roues et d’un manche. Ce mode de transport est particulièrement utilisé par les agences de tourisme qui organisent de plus en plus de visites guidées en gyropode.  Le conducteur est debout sur la plateforme, il maintient et dirige l’appareil à l’aide du manche. Les gyropodes sont dotés d’une technologie d’équilibrage intelligent permettant à l’utilisateur de se maintenir debout. Le poids du conducteur est compensé grâce à l’utilisation de capteurs et de gyroscopes.

Agile et fonctionnel, ce type d’appareil peut atteindre une vitesse de 20 km. En France, la réglementation impose une vitesse maximale de 6 km pour les déplacements en ville.

Ce mode de transport présente de nombreux avantages. Tout d’abord, l’utilisation du gyropode n’a pas d’impact sur l’environnement puisque celui-ci n’a aucune émission polluante. L’appareil fonctionne avec une batterie électrique, qui se recharge en moyenne entre 1h et 4h et qui a une autonomie comprise entre 1h et 3h.

Le gyropode est un appareil fonctionnel, léger et utilisable par tous. Son poids peut atteindre 10 à 13 kilos en fonction des modèles. Il est extrêmement facile d’utilisation et ne demande aucune technicité ni apprentissage particulier. Supportant jusqu’à 120 kg, il peut être utilisé par tous y compris par les enfants à partir de 14 ans.

Le premier gyropode a été a été inventé en 2001 par l’ingénieur américain Dean Kamen et commercialisé par la marque Segway. De nombreuses marques se sont ensuite lancées dans la conception et création de gyropodes comme par exemple Toyota, Honda ou encore les sociétés chinoises Robstep et Wind-rover. Ces dernières années, des modèles de gyropodes de nouvelle génération sont apparus. Hover Store, société française spécialisé dans l’éco-mobilité, propose différents types de gyropodes : standards, modèles pour enfants, tout-terrain…

L’hoverboard : un engouement retentissant

A la différence du gyropode, l’hoverboard ne possède pas de guidon. C’est un appareil composé de deux roues et d’une plateforme sur laquelle le conducteur tient en équilibre. La technologie est ici la même que celle utilisée par le gyropode : des capteurs intégrés permettent une répartition homogène du poids sur l’appareil.  Il suffit au conducteur de se tenir debout et se pencher d’un côté ou de l’autre pour changer de direction.

Si cela peut paraître quelque peu dangereux à première vue, sachez que son utilisation est en réalité simple et à la portée de tous. En effet, 15 minutes d’entraînement suffisent pour maîtriser l’appareil.

Il est équipé de deux moteurs alimentés par une batterie électrique. Ce mode de transport connaît depuis quelques années un grand succès, notamment auprès des jeunes qui l’utilisent aussi bien pour son côté fonctionnel que ludique. L’hoverboard peut en effet être utilisé comme moyen de locomotion mais aussi comme un outil de divertissement.

C’est un mode de transport écologique, fonctionnant avec deux moteurs équipés de batteries électriques. Il se recharge sur une prise électrique classique de 220 volts et a une autonomie d’environ 4h, soit 20 km. 2h à 3h suffisent pour recharger entièrement la batterie. L’appareil, pouvant atteindre une vitesse de 20 km/h, est particulièrement adapté aux petits trajets du quotidien, en particulier en ville. Il permet de se rendre au travail rapidement, sans se soucier des embouteillages et du stationnement ! Tout comme le gyropode, l’hoverboard ne peut pas dépasser la vitesse de 6 km/h sur les trottoirs.

En plus d’être respectueux de l’environnement, c’est un appareil pratique et fonctionnel. Sa petite taille et son poids peu important permettent de le ranger facilement, dans un sac ou sur une étagère.

Les prix sont variables en fonction des modèles, entre 150 et 500 euros en moyenne. Certains modèles comme sont donc abordables et à la portée de tous. Sur le site de la société française Hover Store, vous pouvez acquérir un hoverboard pour moins de 150 euros. A en croire les avis des clients, les produits Hover Store sont d’un excellent rapport qualité-prix : « Produits d’excellente qualité, je recommande à tous ». Hover Store propose de nombreux modèles : modèles pour enfants, hoverboards tout-terrain, avec enceintes bluetooth intégrées …

La trottinette électrique : la déclinaison high-tech de la trottinette classique

Depuis quelques années, les trottinettes électriques sillonnent les trottoirs de nos villes. L’engouement pour ce mode de transport est fort, particulièrement en ville où habitants délaissent de plus en plus leur voiture. En 2017, les ventes de trottinettes électriques ont connu une augmentation de 30%.

Doté d’un moteur électrique, ce type de trottinette peut atteindre la vitesse de 25 km/h voire 40 km/h pour les modèles les plus performants. La vitesse et l’autonomie dépendent de plusieurs facteurs tel que la puissance du moteur et le poids de l’utilisateur.

Cet engouement s’explique par les nombreux avantages de la trottinette, mode de déplacement à la fois écologique, rapide et pratique. D’un poids d’environ 10 kg, la trottinette électrique est facilement transportable.

De nombreuses marques ont commercialisé leur modèle de trottinette électrique comme par Micro Mobility, Décathlon. Le prix d’une trottinette varie énormément selon les modèles et peut atteindre 1 500 euros pour les produits les plus performants. Équipées des meilleures technologies, les e-trottinettes d’Hover Store sont accessibles à partir de 130 euros.

Le skateboard électrique :  écologique, rapide et robuste !

Le skateboard électrique, appelé aussi longboard électrique, est basé sur le modèle de la planche à roulettes traditionnelle.

Les skateboards électriques sont des appareils rapides, fiables et robustes. D’un poids moyen de 10 kg, ces appareils sont équipés d’un moteur fonctionnant grâce à des batteries électriques. Ces batteries ont une autonomie de 2h30 en moyenne sur une distance de 20 km. Le skateboard électrique roule à une vitesse située entre 10 et 45 km/h pour les modèles les plus puissants.

Selon les modèles, la vitesse peut être contrôlée de plusieurs manières. Certains modèles fonctionnent avec la même technologie d’équilibrage que les gyropode et l’hoverboard. Sur d’autres appareils, le conducteur peut gérer la vitesse manuellement, grâce à une télécommande sans fil. Pour changer de direction, il suffit d’incliner sa planche d’un côté ou de l’autre.

Le marché du skateboard électrique est en plein développement. De nombreuses marques (Evolve, E-go) ont saisi cet engouement et proposent des modèles variés en termes de performance, de taille et de forme. Si vous souhaitez acquérir un skateboard électrique, il est donc important de comparer les différents modèles. Les e-skateboards vendus par la société française Hover Store sont parmi les produits ayant le meilleur rapport qualité-prix. La marque propose en effet des skateboards électriques de qualité, à des prix défiant toute concurrence, entre 125 et 500 euros.